Credit Photo : Article BRAUN Vincent, “Un mouvement israélo-palestinien réinvente la solution à deux Etats“, La Libre, 11/05/2018

A notre initiative commune, avec Paul Magnette, des représentants Palestiniens et Israéliens de l’initiative Two States One Homeland étaient présents la semaine dernière à Bruxelles pour présenter aux décideurs politiques belges et européens ainsi qu’à la société civile leur vision d’une solution pacifique et juste du conflit israélo-palestinien.

Cette solution inclut deux Etats indépendants avec des frontières ouvertes, une liberté totale de mouvement et de résidence, et des éléments de gouvernance partagée. Ils envisagent des éléments de souveraineté non-territoriale pour chacun des deux Etats.

Leur proposition vise à résoudre les trois questions les plus difficiles en vue de la résolution du conflit, des questions qui bloquent les négociations de paix depuis les Accords d’Oslo, des questions qui répondent aux aspirations profondes des deux peuples :

  1. la question des colonies de peuplement en Cisjordanie
  2. la question du droit au retour des réfugiés
  3. la question du partage du pouvoir à Jérusalem.

Les membres du mouvement « Two States One Homeland » n’ont pas hésité à s’y attaquer et proposent une approche constructive pour leur résolution : Dans cette optique « confédérale », les colons israéliens en Cisjordanie seraient autorisés à résider dans l’Etat de Palestine tout en restant des citoyens de l’Etat d’Israël. Par ailleurs, les réfugiés palestiniens qui le souhaiteraient, seraient autorisés à résider dans l’Etat d’Israël, tout en étant des citoyens de l’Etat de Palestine. Enfin, la Ville de Jérusalem ne serait pas coupée en « districts » séparés par des murs mais serait une ville ouverte, gérée conjointement par les deux états.

Durant une semaine, la délégation a, entre autres, présenté son projet au Parlement européen, au Cabinet du Ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders, au Service d’Action Extérieure de l’Union Européenne, au  Président de la délégation du Parlement Européen auprès du Conseil Législatif Palestinien, auprès de membres du monde académique de la Brussels Academy et du CRISP, ou encore de la société civile (European Endowment for Democracy) et de think tanks (Egmont Institute)

Collage sans titre

 

L’objectif de cette semaine d’études était de sensibiliser au niveau international sur la possibilité de cette troisième voie qui permet de sortir des schémas à un seul ou à deux Etats où la mobilité des citoyens serait largement limitée. Par ailleurs, la délégation souhaitait s’inspirer du modèle fédéral belge pour en retirer les bonnes (et les moins bonnes) pratiques.

L’ensemble de nos interlocuteurs a été très impressionné par cette proposition qui se présente comme une alternative réaliste et juste aujourd’hui pour Israël et la Palestine, prenant en considération les aspirations profondes des deux peuples

Nous allons continuer à travailler d’arrache-pied pour promouvoir cette troisième voie, tout en ne rejetant évidemment pas l’option classique des “deux Etats” vivant côte à côte. L’initiative est née il y a quelques années à peine dans un petit local avec une dizaine de personnes israéliennes et palestiniennes et le chemin parcouru depuis est déjà impressionnant. Et je suis persuadée qu’il est très loin de s’interrompre.

A lire : L’article paru dans la Libre (avec en prime une belle photo prise dans la cour de mon immeuble ! 😉 )